Le Forum des Editions Parchemins & Traverses

Drama free !
Nous sommes le Dim 19 Nov 2017 05:57

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Divers trucs...
MessagePosté: Ven 25 Mai 2012 17:58 
Hors ligne
Holothurie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 4 Oct 2008 18:06
Messages: 213
J'vais vous demander pardon de jeter les trucs pêle-mêle de cette manière, et de ne pas les jeter achevés. ( Mais voilà, c'est la litière aussi...)



Il était une fois, dans un pays lointain et merveilleux, trois petits cochons.

Le premier vivait dans une maison en carton car il était pauvre, sale et alcoolique.

Le second vivait dans une adorable petite maisonnette en brique rouge. La porte était de couleur vert pomme et il avait accroché aux fenêtres de jolis petits rideaux de dentelles. Le chaume doré du toit brillait sous les feux du Soleil.
Dans la cave de sa maison, le second petit cochon disposait de crochets de boucher pour accrocher les carcasses sans vie de petits porcelets lorsqu'il avait fini de jouer avec.

Le troisième petit cochon vivait dans un abri anti-nucléaire. La triple épaisseur de ses murs en béton se situait à dix mètres sous le sol. On y accédait par un ascenceur blindé, dissimulé sous une cabine téléphonique hors d'usage.

Chacun de ces petits cochons vaquait gaiment à ses occupations.

Le premier harcelait les petits animaux de la forêt pour qu'ils lui donnent de l'argent ou de l'alcool. Il buvait toute la journée quand il le pouvait. Il aimait aussi rigoler, vomir et montrer sa queue en tire-bouchon aux passants.

Le second petit cochon rangeait chaque jour sa maisonnette et la nettoyait méticuleusement. L'après midi, il invitait à goûter de gentils petits porcelets rentrant de l'école. Il leur servait du jus de fruits et des friands tout chauds pleins de viande bien tendre. Mais le second petit cochon se fâchait irrémédiablement lorsque les porcelets répandaient des miettes sur son tapis...
Cependant il n'y'avait pas toujours de gentils porcelets pour prendre le goûter avec lui. Lorsqu'il se retrouvait seul le second petit cochon pleurait jusqu'au soir. Il mettait ensuite sa jolie robe à pois, se couvrait le chef de chaume doré et sortait s'encanailler. Les sangliers du sous bois le connaissaient bien et l'appelaient Peggy.

Le troisième petit cochon, lui, préférait accumuler des provisions déshydratés, des combinaisons isolantes et installer de curieux systèmes de surveillance dans les collines.
Et le plus clair de son temps il regardait les informations à la télé, sous les lumières crues de son bunker. Le conflit larvé entre le Royaume des Cochons et la République des Ours semblait figer dans l'immobilisme, mais le troisième petit cochon était persuadé que les Ours avaient la Bombe Barbecue et qu'ils s'en serviraient à la première occasion.

Un beau matin, alors qu'il se sentait malade et sortait la tête, le premier petit cochon vit un homme qui se tenait devant son carton. Il était grand et tiré à quatre épingles dans son costume noir. Il portait un attaché caisse rutilant que le petit cochon devinait plein d'exquises mignonnettes d'alcool.

"S'il vous plait..."grogna le premier petit cochon, avant de vomir non loin des chaussures brillantes du monsieur.

"Donne moi ton âme, petit cochon, dit le monsieur, et toutes ces bouteilles de délicieux Cherry seront à toi."

Le cochon hésita. Il mourrait d'envie de se saouler, mais n'était pas sûr de toute les implications métaphysiques du marché.

"Si j'ai plus d'âme, demanda le cochon, est ce que ça veut pas dire que je cuirais pour l'éternité sur la broche de l'Enfer?"

L'élégant monsieur haussa les épaules:

"Je crois qu'il y'a aussi un sac de truffes dans cette mallette. Et de la pseudoephedrine. Mais ce n'est pas grave, je trouverais bien un autre petit cochon assez gentil pour me donner son âme en échange. Bonne journée."

Il fit un signe de la main et tourna les talons. Le petit cochon jaillit de son carton à la suite du monsieur.

"De la pseudo... hé ! Attend mec! C'est cool, vas-y tu peux prendre mon âme! Y'a pas de problème!"

Le monsieur tira un contrat et un stylo noir aux lignes racées. Il aida le premier cochon a apposer sa signature puis quitta la ruelle, laissant sa malette.


En début d'après midi, le second petit cochon était un peux anxieux. Il craignait beaucoup de devoir manger son goûter seul ce jour là, car il n'y'avait plus qu'une seule carcasse pour lui tenir compagnie dans sa cave. Elle commençait à virer noire et verte.
Ce n'est qu'à la troisième sonnerie qu'il se rendit compte qu'on venait lui rendre visite. Le second petit cochon ouvrit la porte et se trouva devant un homme de belle prestance en costume noir. Il avait une barbiche en pointe et de grandes mains velues qui tenaient un attaché-caisse. Le second petit cochon était d'ordinaire méfiant, mais comme il pensait à ces grandes mains le saisissant aux jarrets sous sa robe dans les bois, il laissa le monsieur entrer en minaudant. Il lui servit même un verre de jus de fruit.

"Qu'est ce qui vous amène dans les environs mon bon monsieur?"

"Donne moi ton âme, petit cochon, dit le monsieur aux yeux brillants et en échange je te cèderais les itinéraires secrets des Frères Poucets et du Petit Chaperon Rouge."

Le second petit cochon en fut tout émoustillé. Il avait entendu tant de choses à propos du Petit Chaperon Rouge, mais n'était jamais parvenu à la rencontrer en personne pour l'inviter à goûter. Cependant, la transaction l'inquiétait un peu. Bien qu'il fut toujours prudent dans ses activités, il craignait que son absence d'âme n'alerta le Bureau Porcin d'Investigation. Il pouvait finir au grill électrique si les porcs venaient fouiller dans ses affaires.

"C'est une offre bien généreuse dit le second petit cochon, mais je crains de devoir la décliner..."

Le bel homme ouvrit alors son attaché-caisse et le renversa, répandant sur la table une sélection d'audacieuse lingerie pastelle.

"Tu n'es pas obligé de te décider tout de suite Peggy, dit l'homme avec un sourire vicieux. Peut être que nous pourrions d'abord monter à l'étage te faire essayer toute ces jolies choses..."

Le second petit cochon avait déjà changé d'avis, mais il préféra suivre l'homme à l'étage et le lui dire après.



Le même jour, le troisième petit cochon passait en revue les dates de péremption de ses popcorn instantanés dans la réserve de son bunker. Il lui faudrait changer son stock dans trois mois si le conflit nucléaire n'éclatait pas avant.
Peut être devrait il les servir à d'autres petits cochons pour une séance dans sa salle de projection. S'il leur montrait les films de propagande que les dirigeants Ours faisaient voir à leur population, prendraient-ils plus sûrement conscience du danger?
L'interphone se mit alors à sonner. Le troisième petit cochon fut immédiatement sur ses gardes : il n'y'avait que ses deux cinglés de frères qui connaissaient l'emplacement de son repaire, et aucun d'entre eux ne venait jamais lui rendre visite.
Le troisième petit cochon se rendit dans sa salle de surveillance. La caméra de la cabine téléphonique était allumée en permanence et lui révéla la silhouette sombre d'un homme en costume muni d'un attaché-caisse. Par mesure de précaution, il activa les autres caméra des alentours afin de voir s'il n'y'avait pas un lanceur d'artillerie mobile, quelques hélicoptères ou unité commando cachés dans les environs. Il répondit à l'appel pour occuper l'intrus afin de ne pas éveiller ses soupçons.

"Oui bonjour. Que puis je pour vous?"

"Donne moi ton âme petit cochon, en échange, j'ai ici les plans des missiles barbecue Ours ainsi que ceux d'un système de défense scalaire anti-barbecue développé par des scientifiques Chèvres."

"Peuh! Pure affabulation que tout cela. Vous n'êtes qu'un sale espion Ours ! J'ai déjà toute les protections possibles et imaginables. Je danserais sur vos dépouilles roties à tous ! Vous m'entendez ! TOUS!"

"C'est bien dommage, dit l'homme en costume sur un ton peiné. Si tu n'es pas intéressé par ce système de défense, il ne me reste plus qu'à les vendre aux Ours. Ce serait bien triste qu'ils n'aient plus à se soucier des retombées de leurs armes de cuissons massives, n'est ce pas?"

"Tu bluffes! Tu mens! Tu n'es qu'un sale espion, une bête aux mille visages! Je boufferais tout un dentier de cyanure avant de faire commerce avec toi! Tu m'entends? Maintenant dégage de ma propriété avant que je n'active mes systèmes de défense!"

"J'ai déjà les âmes de tes frères petit cochon. Je reviendrais et j'aurais la tienne."

Et l'homme en noir s'en fut.

Le troisième petit cochon tremblait de tout ses membres. La rencontre l'avait secoué. Il descendit verser de la poudre de whisky dans un verre d'eau. Il en vida trois sachets avant de recouvrer son calme.

Qui était cet homme, se demanda-t-il? Cette obsession pour les âmes, cette silhouette distinguée et inquiétante... serait-ce... le Diable? Bon sang, la situation est plus terrible que tout ce que je craignais. Le Diable travaille pour les Ours! Je dois à tout prix prévenir le Roi... mais il est entouré d'espion Ours. Je n'arriverais jamais à livrer mon message sans être intercepté. Le Royaume des Cochons est tout simplement fichu. Je ne peux rien faire, ce serait déjà heureux que j'en réchappe avec ma vie.
Il a dit qu'il reviendrait. Dois-je m'inquiéter de mon âme en plus de ma vie? Ce qu'il a dit a propos de mes pauvres frères, était-ce simplement pour m'ébranler, ou se sont ils vraiment fait avoir? Les idiots...

Le troisième petit cochon eut bientôt sa réponse: son interphone sonna de nouveau. Ses deux imbéciles de frères se mirent à geindre de concert au combiné et lui demander l'asile.

Il hésita longuement avant de leur envoyer l'ascenseur.

Attablé dans la cantine du bunker autour de sachets de nourriture en poudre et de pichets d'eau, les cochons dinaient silencieusement. Le premier finit par s'expliquer, sous le regard spéculateur du troisième:

"Ben... y'a ce mec, bien habillé, costard et tout, il m'a donné tout ce Cherry! Un vrai pote! Mais après j'étais tellement bourré... j'ai pas réussi à retrouver mon carton. En fait je me suis réveillé devant la cabine. Je me sens trop bizarre frérot. Je crois pas que ce soit la dope ... vraiment bizarre, sérieux."

Le deuxième petit cochon enchaina:

"J'ai quelque soucis avec les autorités. Une histoire ridicule mais les porcs sont en train de fouiller ma maison de fond en comble. Tu sais comme ils sont bornés... Je vais faire profil bas pendant quelques jours. D'autant qu'à l'instar de notre ainé, j'ai un peu le vertige..."

Le premier petit cochon chut alors de son siège sur le dos. Ses membres s'agitaient frénétiquement dans l'air et de la mousse blanche se formait aux commissures de ses lèvres. Le second petit cochon le regardait fixement sans bouger, les sabots crispés sur la table. Il semblait mobiliser toute son énergie pour avoir l'air normal, mais le troisième petit cochon n'était pas dupe: son frère suait, ce qui était fort inhabituel.

"Vous êtes malades, dit le troisième petit cochon sur un ton neutre. Ce doit être la grippe. Je vais vous chercher de l'aspirine."

Il ouvrit un tiroir de la cuisine et détacha le taser qui était scotché dessous - le troisième petit cochon avait caché toute sortes d'armes dans les recoins de son bunker. Il passa derrière son second frère pour lui mettre une décharge dans la nuque, puis fit rouler son frère ainé de côté en le poussant avec une chaise. Les corps des deux cochons étaient agités de terribles soubresaut. Sans se démonter, le troisième petit cochon utilisa le taser sur le premier puis ligota les deux. Il les tira ensuite dans des cages à l'étage du dessous.

Lorsqu'il revint dans la cuisine, le troisième petit cochon ouvrit une armoire pour en tirer des filtres à café et sa carabine à levier. Puis il prit le café moulu et les munitions .44 dans son réfrigérateur: la nuit allait être longue.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com